Get Adobe Flash player

Le Directeur

Journaux

Agenda

Aucun évènement dans le calendrier
Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Météo T.O

  • Lancement officiel de la saison estivale à Tizi Ouzou: L'état du tourisme passé au scanner


Le ministre du Tourisme et de l'Artisanat, Abdelkader Ben Messaoud a donné, avant-hier, le coup d'envoi officiel de la saison estivale 2018 à partir de la plage Caroubier dans la ville côtière d'Azeffoun et ce, à l'occasion de la célébration de la Journée nationale du tourisme qui coïncide avec le 25 juin de chaque année et qui a été placée sous le thème : Le tourisme des rêves dans une Algérie en paix. 

Par la suite, le ministre s'est rendu au niveau des établissements hôteliers relevant de l'ETK et de l'EGT Centre pour avoir un aperçu sur l'état d'avancement des travaux de réhabilitation lancés en 2016 sous instruction de l'ex-ministre du Tourisme, Amar Ghoul. A cette occasion, il a regretté le retard mis dans la livraison des établissements hôteliers de Tizi Ouzou relevant du secteur public.
«Les six hôtels relevant du secteur public seront livrés en totalité d'ici 2019. C'est le dernier délai accordé aux entreprises réalisatrices», a-t-il souligné. En termes de chiffres, il a indiqué que 90 projets d'investissement touristiques recensés au niveau local alors que les études de réalisation des 8 zones d'extension touristique (ZET) seront achevées d'ici la fin de l'année en cours. Après avoir inspecté l'hôtel Amraoua sis à la haute ville de Tizi Ouzou qui est quasiment à l'arrêt, le ministre s'est montré intransigeant auprès de l'entreprise réalisatrice en lui accordant un délai d'une semaine à dix jours pour reprendre les travaux de réhabilitation ou bien le contrat de réalisation sera résilié, a-t-il mis en garde. Pour cela, il a accordé un ultimatum d'une année pour la livraison de cet hôtel.
Alors que l'hôtel Tamgout dont les travaux de réhabilitation sont à 50%, le ministre a affirmé que cet établissement sera livré au mois de novembre prochain. «Sur les six hôtels publics, 03 établissements seront livrés au mois de novembre. Il s'agit du Belloua, Lalla Khedidja et Tamgout. Ceci alors que l'hôtel El-Arz de tala Guilef qui est en phase de démolition sera réceptionné dans une année. Quant à la livraison du bracelet d'Argent de la localité de Beni-Yenni, elle est prévue pour la fin de l'année en cours», a-t-il affirmé lors du Forum de la chaîne I de la radio nationale animé en direct de la ville d'Azeffoun, en marge de sa visite de travail. «Nous avons instruit les entreprises chargées de la réhabilitation de ces infrastructures hôtelières de reprendre les travaux et nous avons aussi fixé les délais pour l'achèvement de ces travaux», a indiqué le ministre. Il a avoué également à la même occasion que la commission de contrôle et de suivi des projets touristiques de proximité a failli à sa mission et que cette visite de travail a pour objectif de remédier à ces défaillances. De son côté, le PDG du Groupe hôtelier Termal et Tourisme (HTT), Lazhar Bounafâa a informé le ministre de la réticence de l'entreprise chargée de la réhabilitation de l'hôtel Amraoua à reprendre les travaux.
80 à 100 projets livrés chaque année. Par ailleurs, il a affirmé que plus 2 000 projets d'investissement touristique sont inscrits au niveau national dont 1 2000 seront livrés dans les prochaines années. «En moyenne, 80 à 100 projets seront livrés chaque année», a-t-il informé tout en mettant l'accent sur la stratégie du gouvernement visant le développement du tourisme local et la promotion de l'image du tourisme en Algérie. «Nous avons signé des conventions avec les différentes institutions de l'Etat pour promouvoir le tourisme local».

 A ce titre, il a cité la convention signée avec l'Union générale des travailleurs algériens (Ugta) avec les institutions hôtelières visant la réduction des prix d'hébergement de 30 à 40% afin de permettre aux ouvriers et les fonctionnaires de passer leurs vacances en Algérie. «Nous n'allons pas empêcher les Algériens d'aller à l'étranger pour passer leurs vacances, mais nous espérons qu'ils optent pour le tourisme local», a déclaré le ministre pour soutenir cette initiative qui s'apparente à une opération de charme. Ajouté à cela, la convention-accord signée avec l'Office national du Tourisme (ONT) qui a pour mission d'établir des spots publicitaires auprès des ambassades des pays pour attirer les étrangers à venir passer leurs vacances en Algérie.

Ainsi, des protocoles d'accord ont été signés avec Air Algérie qui devra adopter des prix concurrentiels par rapport aux autres compagnies aériennes. Ben Messaoud a en outre annoncé les mesures de facilitation mises en place en faveur de la communauté algérienne établie à l'étranger pour lui permettre de passer des séjours dans le pays d'origine. L'hôte de la capitale de Djurdjura est revenu sur le rôle stratégique que joue le secteur privé dans le développement du tourisme.

D'après lui, aujourd'hui, l'Etat joue un rôle régalien en mettant à la disponibilité de l'investisseur le foncier pour concrétiser son projet. Ceci alors que les établissements financiers (banques) facilitent toutes les procédures d'octroi de crédits pour l'investissement touristique.

Halte aux constructions illicites !

De son côté, le wali, Mohamed Bouderbali s'est élevé contre les constructions illicites bâties à proximité des plages d'Azeffoun et qui sont en train de pousser comme des champignons.
Pour cela, il a instruit les autorités locales d'établir des mises en demeure à l'encontre des investisseurs ayant construit ces bâtisses d'une manière illégale.

A ce sujet, il a affirmé que ces investisseurs n'auront jamais les autorisations d'ouverture de ces bâtisses destinées pour la location aux estivants qui transitent par ces plages. «Il faut qu'il y ait des projets d'investissement réalisés dans le respect de la loi, sinon il faut procéder à la démolition de ces constructions illicites. Personnellement, je considère que ces investisseurs n'auront jamais d'autorisations d'ouverture», a-t-il rétorqué. Huit plages autorisées à la baignade
Cette année encore, huit plages sont autorisées à la baignade pour la saison estivale. Il s'agit de celles de Tassalast, la grande plage, la plage Feraoun ouest au niveau de la commune de Tigzirt. Au niveau d'Iflissen, on citera la plage Feroun est. Quant à la commune d'Azeffoun, elle compte deux plages autorisées à la baignade.

Il s'agit de la plage Le Caroubier et celle du Centre. Deux autres plages sont autorisées à la baignade au niveau de la commune d'Aït Chafaâ. Il s'agit de la plage de Sidi-Khelifa et Le Petit Paradis.
Pour mieux accueillir les estivants qui commencent déjà à affluer à la faveur de la montée du mercure depuis quelques jours, des campagnes de volontariat sont déjà lancées en étroite collaboration avec les APC, sachant que tous les moyens ont été mis en place par la wilaya pour la réussite de ces opérations. Cette année, le ministère de l'intérieur et des collectivités locales a décidé de lancer le concours de la meilleure plage d'Algérie pour sélectionner les trois meilleures plages au niveau national.
Aussi, faut-il signaler que même le problème des fosses sceptiques a été pris en charge.
D'ailleurs, un camion hydro cureur a été mis à la disposition des deux daïras Tigzirt et Azeffoun. Aussi des assurances ont été faites quant à la maitrise de la pénurie hydrique qui constitue le point noir des villes côtières de la wilaya de Tizi-Ouzou durant la saison estivale. S'agissant du volet animation, un programme a été prévu tout au long de cette saison par les différentes directions de l'exécutif local, en l'occurrence celle de la culture, de la Jeunesse et des Sports.
Ainsi, des expositions des activités artisanales seront au rendez-vous par la Chambre de l'artisanat et des Métiers de la wilaya. 

Z C Hamri 

Le Temps d'Algérie le 27 - 06 – 2018