Get Adobe Flash player

Rachid Ghedouchi. Directeur du tourism :

«Le potentiel existe,les projets aussi»

030

 
31 OCTOBRE 2018 

Quel bilan faites-vous de la saison estivale 2018 ?

Il y a eu une amélioration dans certains volets, notamment en matière d’infrastructures balnéaires et de moyens déployés. 13 hôtels, 48 autres structures et 400 appartements nous ont permis d’atteindre une capacité d’accueil de 7000 lits. Les 8 plages exploitées ont été surveillées par la Protection civile et les services de sécurité. L’année passée, nous avions enregistré une fréquentation de plus de 10 millions d’estivants, par contre, cette année, le nombre a baissé à 8 millions.

La saison estivale a été lancée tardivement (le 25 juin) à cause des pluies, puis il y a eu le mois de Ramadhan et enfin l’épidémie de choléra, qui a fait fuir beaucoup d’estivants. Nous avons aussi enregistré des coupures d’électricité et des perturbations en alimentation en eau potable, tout cela sont des facteurs qui ont influé négativement sur le bon déroulement de la saison estivale. Il y a aussi les subventions qui ne sont pas parvenues aux APC pour effectuer les travaux nécessaires à temps.

Les hôtels du secteur public sont tous en rénovation. Les délais de réception seront-ils respectés ?

Malheureusement non, les délais seront reportés pour les 6 établissements de l’EGT-Centre et l’ETK. Concernant les 3 établissements de l’Entreprise touristique de Kabylie, à savoir Lalla Khedidja, Belloua et le Bracelet d’argent, le taux d’avancement des travaux est d’environ 80%. Le délai initial prévu pour le 1er novembre ne sera pas respecté. Il est possible de les réceptionner à la fin de l’année en cours pour peu que la cadence des travaux actuelle soit maintenue.

 

Pour ce qui est des trois hôtels de l’Entreprise de gestion touristique du Centre (EGTC), les travaux piétinent à Amraoua mais le rythme est acceptable au niveau de l’hôtel El Arz de Tala Guilef. Pour l’hôtel Tamgout de Yakouren, les travaux sont à 60%. La réception de ces trois hôtels peut se faire vers le 3e trimestre de l’année 2019.

Y a-t-il actuellement des projets en cours pour améliorer l’état des lieux ?

Nous avons une quarantaine de projets de particuliers en cours. Ils sont d’une capacité de 5 357 lits et seront à l’origine de la création de 2 646 postes d’emploi directs. Nous avons aussi 116 projets non encore lancés qui vont mettre à la disposition du secteur 15 876 lits et engendreront plus de 7 000 postes de travail.

Nous avons également enregistré 181 demandeurs d’assiettes foncières. 25 investisseurs ont obtenu des lots, les autres dossiers sont en cours d’étude. Pour améliorera l’état du secteur du tourisme, il faut qu’il y ait la volonté de tous.

Avec la conjugaison des efforts de tous les intervenants (administration, élus et les comités de village), on peut développer l’industrie du tourisme et classer notre wilaya en première position, comme cela s’est fait dans le secteur de l’éducation. Je reste convaincu qu’on peut faire de Tizi Ouzou une destination touristique. Le potentiel existe et les
projets aussi.